Louis Bontemps

Après des études de droits et sciences politiques, il s’installe en Équateur puis au Bangladesh, pour mettre en œuvre des programmes de développement.

Publié le – Mis à jour le

Son œil ne quitte jamais le viseur d’un appareil photo
et il réalise de nombreux clichés pour les associations avec lesquelles il
travaille. De retour en France et après plusieurs années de travail dans la
solidarité internationale et le travail social, en 2019 il se décide à faire de la
photographie son métier.
Il a créé début 2021 des ateliers photo en collaboration avec des structures
sociales et des lieux de privation de liberté. Grâce à une résidence des
Ateliers Médicis, il édite, durant l’été 2023, un fanzine issu de commandes
photographiques de personnes détenues et se tourne davantage vers un
travail documentaire.
Son travail est diffusé par Divergence.

Synopsis

La Rue par celles et ceux qui y vivent (projet EAC)

Avec l’ensemble des acteurs investis dans le projet porté par le photo festival de Saint-Brieuc, je souhaite être un catalyseur de l’expression artistique des futurs participants aux ateliers.

Je leur apporterai ma connaissance de la photographie, ainsi que des propositions d’orientations, artistiques, documentaires ou journalistiques.
Je les formerai aux bases de la photographie, tout en m’adaptant à leur appétence pour la technique.
J’apporterai la structure nécessaire à la réalisation d’un projet cohérent, réalisable et conforme à leurs attentes. Je veillerai également à la cohésion et l’écoute dans le ou les groupes avec lesquels je serai amené à travailler.

Ce sera leur tour de transmettre la vision qu’elles ont des agents de propreté et de toutes les autres personnes qu’elles croisent dans la journée. Mon rôle sera celui d’un facilitateur et d’un coordinateur, pour que la production finale reflète parfaitement ce que les personnes investies veulent transmettre matériel portable pour la lumière.

Dans la même rubrique